Sainteté et pères de l’Église Enregistrer au format PDF

Mercredi 7 novembre 2018 — Dernier ajout mardi 6 novembre 2018
0 vote

Les saints, ce sont des hommes et des femmes ordinaires, qui ont dit oui à Dieu depuis l’endroit où ils se trouvaient.

Les Pères de l’Église disaient que « le saint est comme une épée jetée dans un feu (le feu divin), elle reste une épée avec sa forme particulière mais devient tout entière rouge du feu divin. ».

« [Car] Dieu a aimé les hommes : pour eux il a créé le monde ; il leur a soumis tout ce qui est sur la terre ; il leur a donné la raison et l’intelligence ; à eux seuls il a permis d’élever les regards vers le ciel ; il les a formés à son image ; il leur a envoyé son Fils unique ; il leur a promis le royaume des cieux qu’il donnera à ceux qui l’auront aimé. Et quand tu l’auras connu, quelle joie, songes-y, remplira ton cœur ! Combien tu aimeras celui qui t’a ainsi aimé le premier. En l’aimant, tu seras un imitateur de sa bonté et ne t’étonne pas qu’un homme puisse devenir un imitateur de Dieu : il le peut, Dieu le voulant.

Tyranniser son prochain, vouloir l’emporter sur les plus faibles, être riche, user de violence à l’égard des inférieurs, là n’est pas le bonheur et ce n’est pas ainsi qu’on peut imiter Dieu ; bien au contraire, ces actes sont étrangers à la majesté divine. Mais celui qui prend sur soi le fardeau de son prochain et qui, dans le domaine où il a quelque supériorité, veut en faire bénéficier un autre moins fortuné, celui qui donne libéralement à ceux qui en ont besoin les biens qu’il détient pour les avoir reçus de Dieu, devenant ainsi un dieu pour ceux qui les reçoivent, celui-là est un imitateur de Dieu. »

Extrait de l’épître à Diognète (texte anonyme, célèbre pour sa simplicité et son élévation de pensée pour dépeindre les chrétiens qui sont des hommes comme les autres, mais qui « sont citoyens du ciel », qui sont dans le monde comme l’âme dans le corps. Rédigé entre les années 160 et 200).

Laissons le mot de la fin à Saint Jean Chrysostome : « Quand tu t’assieds pour lire les paroles de Dieu, demande-lui d’ouvrir les yeux de ton cœur afin de ne pas seulement lire les Écritures mais aussi de les accomplir. »

Jean-Luc Strugarek