Les enjeux de la prochaine COP 24 Enregistrer au format PDF

Jeudi 6 décembre 2018 — Dernier ajout vendredi 30 novembre 2018
0 vote

Fin 2018, le climat revient sur le devant de la scène. Deux raisons à cela : les vagues de chaleur dans l’hémisphère nord et la COP24 (24e Conference Of Parties), qui aura lieu les 2-14 décembre, à Katowice (Pologne).

La Conférence des Parties (COP) a été instituée par l’art. 7 de la Convention Cadre des Nations Unies pour le Changement climatique (CCNUCC), convention suscitée par le GIEC [1], adoptée au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro (signée à New York) en 1992, entrée en vigueur le 21 mars 1994. Dans l’intérêt des générations actuelles et futures, son objectif est de « stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique » (art. 2). Sont prônés la sécurité alimentaire, le développement durable, l’éradication de la pauvreté, l’équité en fonction des responsabilités communes mais différenciées, des besoins spécifiques et des capacités respectives entre pays (développés / en développement, particulièrement ceux vulnérables aux effets néfastes des changements climatiques et/ou les moins avancés). La COP21, en 2015, a abouti à l’Accord de Paris, premier accord universel sur le climat, approuvé par 195 États et l’Union européenne (UE), signé par 174 États et l’UE en 2016, entré en vigueur le 4 novembre 2016 (ratifié par les 55 pays requis – dont les États-Unis – représentant 55% des émissions mondiales). Élu le 8 novembre 2016, Donald Trump a annoncé, le 1er juin 2017, le retrait de son pays (pas avant le 4 novembre 2020 : art. 28).

La COP24 viendra en point d’orgue de quelques événements de l’automne. Suscitant des milliers de manifestations dans le monde (150.000 personnes en France), le Sommet de San Francisco (12-14 septembre) a regroupé les « we’re still in » : des États, villes et entreprises américaines décidés à respecter l’Accord de Paris. Un rapport du GIEC a été publié le 8 octobre. L’économie de la Pologne, laquelle va présider la COP24, est très liée à la production de charbon, source d’énergie la plus émissive en gaz à effet de serre [2]. L’Église polonaise est peu mobilisée. Des responsables polonais de la COP ont été invités à la Conférence Laudato Si’ en juillet 2018 au Vatican : ils ont pu constater la mobilisation de catholiques du monde entier.

Premier enjeu : adopter des « règles du jeu »

Un « manuel » doit rendre opérationnel l’Accord de Paris (date butoir : fin 2018) : rendre robustes les contributions individuelles des pays, permettre leur révision à la hausse tous les cinq ans à travers un bilan mondial, et rendre les États redevables de leurs actions, en créant des règles de transparence claires. Les pays élaborent ce « manuel » depuis deux ans. Des organisations de la société civile demandent de rendre opérationnels les objectifs de défense de droits de l’homme, inscrits au préambule de l’Accord de Paris [3].

Deuxième enjeu : deux outils financiers

a. La promesse de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 (COP15, Copenhague, 2009). Le même effort est prévu jusqu’en 2025, suivi d’une montée en puissance. Ces financements sont bilatéraux (via l’Agence Française de Développement pour la France), ou via la Banque Mondiale ou le Fonds vert pour le climat. Il y a là un enjeu de justice et de solidarité : les pays historiquement (et actuellement) les plus émetteurs favorisent des investissements dans les pays en développement (tenus à des engagements fermes pour une part, précisément conditionnés au soutien international pour l’autre) sur des politiques d’atténuation (énergies renouvelables) et d’adaptation (urbanisme résilient en cas d’inondation, par exemple).

État des lieux. En 2014 : 44 milliards par an ; en 2016, dernier montant connu : 66 milliards en promesse d’argent public, le reste étant espéré du secteur privé. Pour 2020, la France a promis 5 milliards € par an. Les financements de l’Agence Française de Développement (AFD) ne sont pas tous compatibles avec l’Accord de Paris : l’AFD finance encore des investissements gaziers ou des projets générant de la déforestation.

Deux enjeux importants : la prévisibilité des financements sur plusieurs années, ce qui n’est pas le cas actuellement, permettrait aux pays en développement d’investir ; la définition de règles claires sur les modalités de comptage de cette mobilisation.

b. Le Fonds vert pour le climat va devoir être reconstitué et financer à 50% l’adaptation et les pays plus vulnérables. Les contributions sont volontaires. Ce Fonds soutient déjà 70 projets de plusieurs milliards. Le financement du Fonds vert fait l’objet d’une cible de l’Objectif de développement durable n° 13 de l’ONU. L’alimentation de ce Fonds est en cours de discussion. L’enjeu ? Que les pays annoncent leur volonté de fournir des financements. La précision des montants se fera ensuite.

Troisième enjeu

La plateforme du Dialogue Talanoa 2018 : La COP a approuvé la conception du dialogue dit Dialogue Talanoa [4] (4), et l’a lancé en janvier 2018. En effet, la COP24 a décidé de réviser les engagements nationaux dès 2020, pour des objectifs plus ambitieux. L’Accord de Paris vise, en effet, à contenir le réchauffement « nettement en-dessous de 2°C », « et en poursuivant l’action …à 1,5°C », par rapport aux niveaux préindustriels, en 2100 ; les engagements cumulés des États pointent vers + 3,5°C ; d’où l’inquiétude des ONG en fin de sommet. Pour le GIEC, nous sommes à + 1,1°C (des études vont au-delà). Les États doivent réviser leurs promesses de contributions déterminées au niveau national (CDN) à 2030. L’Accord de Paris prévoit de relever l’ambition tous les 5 ans, dès 2023, une demande forte des Pays les Moins Avancés et des petits États insulaires, soutenus par l’UE. Ces engagements doivent être comparables et d’application transparente (redevabilité).

Les dangers des « mauvaises solutions »

Des auteurs et le GIEC pointent certains dangers : pour pallier l’augmentation des gaz à effet de serre, d’aucuns envisagent d’émettre des aérosols de souffre dans la haute atmosphère pour constituer une couche de « nuages » réduisant le rayonnement solaire. Technique irréversible, elle nécessite des émissions en continu, tout arrêt provoquant un bond soudain des températures. D’autres pensent à modifier la chimie des océans ou à stocker le CO2 en sous-sol. Ces « émissions négatives », jamais testées à grande échelle, sont risquées et posent des questions éthiques. Quid en matière de biodiversité et d’alimentation ? Pour toutes ces raisons, efficacité et sobriété sont des orientations à mettre en œuvre rapidement, aux côtés des énergies renouvelables.

Elena Lasida, écologie et société – CEF, avec l’équipe Église verte

(Article initialement paru dans La Lettre de Justice et Paix No 240 de novembre 2018)

Source : https://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/ecologie-integrale/laudato-si/actualites-sur-laudato-si/463657-enjeux-de-prochaine-cop-24/

[1Groupe d’experts Intergouvernementaux sur l’Évolution du Climat, créé en 1988 par l’ONU, à la demande du G7.

[2Le 4 avril 2018, la Pologne a confié à Alstom/GE la construction d’une « dernière » centrale à charbon (un gigawatt).

[3« Les droits de l’Homme, le droit à la santé, les droits des peuples autochtones, des communautés locales, des migrants, des enfants, des personnes handicapées et des personnes en situation vulnérable et le droit au développement, ainsi que l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et l’équité entre les générations ».

[4Terme issu de la COP23 tenue aux îles Fidji (2017), un des États les plus vulnérables : raconter librement, en fidjien. Selon la CCNUCC : « La formule présente l’avantage d’amener les participants à assouplir leurs positions et à revisiter leurs idées en les confrontant à celles des autres. Ce style de dialogue privilégie l’échange et la participation, la découverte de points communs et la communication spirituelle autour d’un sens partagé ».