L’onction Enregistrer au format PDF

parmi les sacrements des malades
Lundi 30 avril 2018 — Dernier ajout mercredi 2 mai 2018
0 vote

Il fut un temps où l’on donnait souvent l’extrême-onction lorsque la personne n’était plus consciente. Ainsi la personne pouvait partir avec tous les sacrements. Cette pratique a quelque peu donné l’image d’un sacrement pour mourir. Nous avons eu trop souvent une vision matérialiste du sacrement. Dès lors qu’il était célébré dans les règles, on n’était pas exclu du salut. L’idéal pour les chrétiens était donc de mourir « muni » de tous les sacrements et par conséquent de l’extrême-onction. C’était oublier que l’Esprit de Dieu est à l’œuvre dans les sacrements, assurant l’efficacité des gestes sacramentels de l’Église. Si nous voulons parler de dernier sacrement, parlons alors de la célébration du viatique. « Le don du viatique, ultime participation à l’eucharistie, est comme l’achèvement sacramentel de l’initiation chrétienne, mystère de la participation à la mort et à la résurrection du Christ, pain de la route pour passer de ce monde au Père » (Des sacrements pour les malades – guide pastoral, page 59).

Recevoir un sacrement c’est devenir à son tour sacrement du Christ pour les autres. Il y a une répercussion sur soi mais aussi sur la communauté chrétienne. Recevoir les sacrements c’est montrer à l’autre l’amour de Dieu et la présence du Christ dans nos vies ; c’est vivre, dans un moment de fragilité, avec le Christ qui nous donne la grâce de l’espérance, peut-être pas de guérir mais sûrement de rester debout comme des ressuscités.

Le sacrement de l’onction des malades est comme un baiser de Dieu à l’humanité. Ce baiser va rejaillir sur ceux ou celles qui le reçoivent parce qu’ils ou elles se sentent aimés. Ainsi la personne va pouvoir redire son désir de foi à toute la communauté chrétienne. C’est le Christ présent au milieu de cette souffrance, remplissant toute la singularité de la personne de sa présence et de sa douceur. L’onction des malades manifeste que les mystères de Dieu et son salut sont à l’œuvre dans le concret de ces expériences humaines douloureuses que sont la maladie, la fragilité.

Le sacrement de l’onction des malades est don à la personne malade pour qu’elle ait la force de vivre son état avec le Christ ressuscité dans une attitude d’espérance. L’onction pour les malades invite la communauté chrétienne à prendre soin de ses membres souffrants afin de les rétablir dans l’ensemble du corps du Christ.

« Par cette onction sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit-Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève ». (Prière de l’onction par le prêtre).

Jean-Claude LEMERCIER, Diacre
La célébration avec sacrement des malades, initialement prévue en mai, est reportée en juin. Des personnes sont inscrites et il est toujours possible de le faire. 

Pensez à proposer ce sacrement.

Documents à télécharger