Anne Soncarrieu - déléguée générale de la Misson de France Enregistrer au format PDF

Vendredi 23 novembre 2018
0 vote

La Mission de France fait un pas en avant dans la gouvernance.

Une femme - Anne Soncarrieu - portera désormais, aux côtés de l’évêque et du vicaire général, la responsabilité de la Mission de France. Rêvons que d’autres diocèses s’inspirent de cette belle initiative et fassent une plus grande place aux femmes dans la gouvernance !

Vous lirez ci-dessous les explications de la nouvelle déléguée générale à qui j’adresse tous mes voeux.

Anne Soncarrieu élue et nommée « Déléguée générale de la Mission de France » !

Pourquoi et comment un(e) Délégué(e) Général(e) pour la Communauté Mission de France ?

Lors de la dernière Assemblée Générale de la Mission de France (en juillet 2017), les prêtres, diacres, et membres laïcs engagés avec la Mission de France ont voté majoritairement une résolution « pour faire évoluer la gouvernance ». Il s’agissait de nommer un(e) délégué(e) laïc(que) associé(e) avec l’évêque et le vicaire général pour porter la responsabilité de la Mission de France.

Cela fait de nombreuses années que la Mission de France s’est élargie en vivant une coresponsabilité avec des laïcs dans l’envoi en mission. Depuis 1986, des laïcs font partie de l’équipe épiscopale. Avec la création de la Communauté Mission de France en 2002, certains sont aussi au CPLM (Conseil pour la Mission), au conseil économique ou dans des instances de formation de la Mission de France pour les prêtres et laïcs. En 2017, il s’agissait de faire un pas de plus dans l’expression d’une coresponsabilité partagée, dans la reconnaissance de cette présence de familles et célibataires engagés dans la mission.

Sur un mode similaire à celui de la nomination du vicaire général, une consultation des membres de la Communauté Mission de France a eu lieu : au premier tour, chacun a désigné les 3 noms qu’il retenait, puis, après avoir demandé si les personnes étaient disponibles pour cette mission, l’évêque a proposé pour le second tour 3 noms puis désigné la personne qu’il retenait pour un mandat de 3 ans.

Qu’est-il attendu de la Déléguée Générale ? Quelles sont ses missions ?

Une des premières missions c’est, avec l’équipe épiscopale, d’avoir le souci de tous ces visages et ces équipes qui constituent la Mission de France de les accompagner pour vivre la mission. Il y aura des visites d’équipes, la participation à des rencontres régionales de la Mission de France mais aussi le partage de la réflexion de tel ou tel groupe. Je suis encore dans la phase de découverte de ce qui m’est donné à faire … En tout cas je sens bien qu’avoir une laïque présente dans la gouvernance a une dimension symbolique qui est reçue de manière positive par beaucoup.

C’est un travail d’équipe, avec l’évêque, le vicaire général et toute l’équipe épiscopale, et cette dimension est importante. Mais c’est aussi un travail à vivre avec ceux que je rencontrerai dans les visites que je ferai … et où je souhaite être à l’écoute de ce que chacun attend d’une Déléguée Générale.

Comment as-tu reçu cette élection et que souhaites-tu y mettre, en tant qu’Anne Soncarrieu ?

Quand l’évêque, Hervé Giraud, m’a demandé si j’acceptais que mon nom reste pour le 2e tour, cela m’a fait réfléchir sur ma disponibilité (pas seulement en temps), sur ce que représentait cet appel à vivre la mission autrement. Ce n’était pas pour moi un simple changement de travail. Et c’est d’abord la dimension de service à laquelle j’ai pensé.

J’aimerais vivre cette responsabilité dans un esprit de service, de la Mission de France bien sûr, mais d’abord dans le service l’Évangile qui ne cesse de nous envoyer : « Va trouver mes frères ! ».

Et puis aussi une forme de clin d’œil : j’étais au Maroc quand Hervé Giraud m’a téléphoné. J’ai aimé recevoir cet appel alors que j’étais sur une autre terre, dans d’autres rencontres que celle de mon quotidien. Je garde cela comme une attention à ne pas oublier ceux qui ne sont pas là où nous avons les pieds de façon habituelle, à regarder au-delà de nos cercles et de nos frontières, à ne pas oublier le dialogue et la présence avec ceux qui sont parfois si différents … et ceci pour moi-même comme pour la Mission de France.

Bertrand Révillion,
diacre permanent, écrivain et éditeur

19 novembre 2018

http://www.chautard.info/tag/mission%20de%20france/