La création d’un évêché à Genève de nouveau à l’étude

mercredi 4 mai 2016
par  Jean Besnier
popularité : 30%

Depuis que le cardinal Pierre de la Baume a été chassé par la population genevoise en 1533, la cité historique de Calvin vit sans évêque.
Le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg réfléchit à la création d’un évêché pour une plus grande « proximité pastorale ».

En février, le P. Pascal Desthieux, jeune curé genevois de 45 ans, a été nommé à la succession de Mgr Pierre Farine, comme vicaire épiscopal de Genève. L’une de ses premières missions à la tête de ce canton ? Étudier la faisabilité de la création d’un évêché.

L’idée n’est pas récente. Depuis 1533, date où le prélat Pierre de la Baume a été chassé par la population genevoise, la cité historique de Calvin vit sans évêque.« Mais depuis le XIXe siècle, la question de sa réinstallation se pose de nouveau  », explique l’historien François Walter. Après plusieurs tentatives avortées dans le passé, la question se pose de nouveau très sérieusement. Lors de sa visite ad limina au Vatican, l’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg – également président de la Conférence des évêques suisses –, Mgr Charles Morerod, s’est entretenu avec le pape François à ce sujet. «  Mon souci est celui de la proximité pastorale de l’évêque et cela tient à cœur au pape. Mais celui-ci n’interviendra qu’à la fin du processus  », explique-t-il.

Le processus est encore loin d’aboutir à en juger les résultats de la consultation lancée par le diocèse en mars 2015 auprès des agents pastoraux : 100 oui, 64 non et 48 indécis. Mais le plus frappant pour Mgr Charles Morerod est que «  seuls 27 % des agents ont répondu au sondage  ». D’où sa prolongation actuelle,« d’autant que beaucoup se plaignent que l’on n’ait consulté que les salariés de l’Église  », précise-t-il. Au-delà de cette enquête, une étude de faisabilité est également menée – par le P. Pierre Jacquet et le secrétaire général, Dominique Pittet – pour vérifier si la création d’un nouvel évêché est financièrement viable car «  ce changement de statut a un coût », reconnaît Pascal Desthieux. Les conclusions sont attendues pour le début de l’an prochain.

D’ici là, l’Église catholique prendra le soin de dialoguer régulièrement avec la communauté protestante de la ville du bout du lac. Certains, au sein de l’Église réformée de Genève, voient en effet d’un mauvais œil ce qu’ils considèrent comme une intervention du Vatican. Une peur que l’historien François Walter qualifie aujourd’hui d’« irraisonnée  ». « Les réformés ont parfois encore cette image du catholique qui dès qu’il doit réfléchir se tourne vers le Vatican  », note-t-il.

Conscients du poids de l’histoire, les responsables du diocèse catholique de Fribourg prennent soin de rappeler qu’aucune décision ne sera prise sans concertation avec l’Église protestante de Genève. Le président de cette dernière, le pasteur Emmanuel Fuchs, reconnaît considérer la possible création d’un évêché comme « une question à traiter avec prudence  ». «  Mais toutes les discussions contribueront à faire avancer le débat œcuménique local  », ajoute-t-il aussitôt, avant d’exprimer le souhait que l’évêque qui pourrait être nommé « soit une personne d’ici qui connaît bien la ville et non pas quelqu’un parachuté par Rome  »…


Blandine Garot

source La Croix 04 mai 2016


Commentaires

Bouton Contact image J�sus
image Noel

Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031