Aimez et respectez vos prêtres

jeudi 24 mars 2016
par  Paroisses Erquy et Pléneuf
popularité : 23%

« Le mystère du sacerdoce dans l’Église réside dans le fait que nous, misérables êtres humains, en vertu du sacrement nous pouvons parler avec son Moi (celui de Jésus) in personna Christi »
Benoît XVI – Homélie du Jeudi saint – 13 avril 2006

Le sacerdoce du prêtre se comprend à l’intérieur du sacerdoce commun aux baptisés et confirmés. En quoi est-il différent de ce dernier ?

Le prêtre a reçu le sacrement de l’Ordre (ordination).

«  Fils bien-aimé, voulez-vous devenir prêtre, collaborateur des évêques dans le sacerdoce pour servir et guider le peuple de Dieu, sous la conduite de l’Esprit ?  » lui a demandé l’évêque le jour de son ordination presbytérale.
Par son oui, il a accepté de mettre toute sa vie au service de Dieu et de ses frères ; il a reçu l’imposition des mains et l’onction du Saint Chrême. Il est « christifié » par l’onction.

« Dans le geste sacramentel de l’imposition des mains de la part de l’évêque, c’est le Seigneur lui-même qui nous impose les mains ». Benoît XVI.

Par ce sacrement, Jésus remet au prêtre la propagation de sa Parole, le pouvoir de refaire ce que Lui a fait et avec Lui de transformer le pain et le vin en son corps et son sang, de pardonner les péchés.

Il est l’homme de la prière. Il est certes notre frère mais il est celui qui, auprès de nous, tient la place du Christ pour nous mener vers Dieu en lui prêtant sa chair.

N’oublions pas que, comme les Apôtres, il a tout quitté quand Jésus lui a dit ; « Viens, suis-moi.. »

Alors !

Et oui, c’est aussi un être humain comme nous, avec son caractère, ses défauts, ses qualités, ses humeurs, ses limites. Il n’est pas parfait mais le somme-nous parfois bien enfermés dans nos certitudes et notre confort ?
Avons-nous pensé à la souffrance dues à nos propos acerbes ou même malveillants et comme est elle dure à supporter quand, le prêtre se retrouve seul le soir ?

Quand nous jugeons son action, sommes-nous capable de nous juger nous-même ? Qui d’entre nous est capable de donner autant de temps au service de l’Église ? de le faire avec autant d’abnégation ? Nous l’aidons, certes et il en a besoin, mais nous ne pouvons pas le remplacer. Ne nous surestimons pas et pensons bien que notre engagement dans tel service, tel mouvement ne nous donne pas le droit de croire que ce service, ce mouvement est le seul, le principal, l’essentiel et d’être amer si notre curé n’est pas à notre disposition pour telle ou telle rencontre ! S’il doit être partout, à quoi servent les laïcs responsables ?

Soyez convaincus qu’il fait tout ce qu’il peut et qu’il est un don de Dieu fait aux hommes, à une paroisse, même si comme le disait un vicaire général vous vous dites « celui-ci, ce n’est pas un cadeau ! »

Une paroissienne

web http://www.saintbrieuc-treguier.cat…


Commentaires

Bouton Contact image J�sus
image Noel

Navigation

Articles de la rubrique

  • Aimez et respectez vos prêtres