Le Tridium Pascal

mardi 1er mars 2016
par  Paroisses Erquy et Pléneuf
popularité : 19%

« Espace de trois jours », le Triduum pascal, qui va de la messe du soir, le jeudi saint, au dimanche de Pâques inclus, est le cœur de l’année liturgique.

Ce sont trois jours marqués par des célébrations uniques et par une prière plus intense des communautés chrétiennes.

  L’histoire.

À l’origine, les chrétiens célébraient, dans la nuit du samedi au dimanche de Pâques, la totalité du mystère pascal. Très vite, la communauté de Jérusalem voulut suivre pas à pas, sur les lieux mêmes, la passion, la mort et la résurrection de Jésus. Ce chemin s’achevait, le dimanche de Pâques, par la célébration de la résurrection. Bientôt, toute la chrétienté adoptera les trois jours saints et leur liturgie.

  Le jeudi saint.

Dans l’évangile, saint Jean met ainsi en avant le sens du jeudi saint : la célébration de l’offrande du Christ à la Cène (Jn 13, 1).
La Pâque d’Israël fait mémoire des merveilles de Dieu dans l’espérance des bienfaits à venir. Cette Pâque va devenir celle du Christ serviteur, donnant sa vie pour nous. C’est l’heure de Jésus, de sa Pâque, de son passage vers son Père, l’heure du plus grand signe d’amour qui soit : le don de sa propre vie. Un geste particulier marque la célébration : le lavement des pieds. D’abord indépendant de la célébration de l’Eucharistie, il y a été introduit comme signe du Christ serviteur.

Le jeudi saint est aussi un jour où la messe est célébrée en mémoire de la Cène du Seigneur et du don de l’Eucharistie. Elle est normalement concélébrée pour manifester l’unité du sacerdoce.
Ce jour est enfin marqué par l’adoration eucharistique qui suit la messe, temps donné pour méditer et approfondir la foi au mystère de l’Eucharistie.

 Le vendredi saint.

Il commémore la passion du Seigneur dont on lit le récit. Le chrétien est invité à contempler le mystère de la Croix, à regarder Celui que les hommes ont transpercé, et qui, seul, peut vaincre les forces destructrices du monde. Jour de contemplation du Christ qui donne sens à nos propres crucifixions et ouvre à l’espérance (Ps 21).

Les grands rites en sont la mise en évidence : prosternation en silence, Parole proclamée, grandes intercessions, vénération de la Croix, communion au corps brisé du Sauveur. La célébration se termine par l’entrée dans le silence où le chrétien suit le Christ mis au tombeau.

 La veillée pascale.

Célébrée dans la nuit du samedi au dimanche, elle clôt la semaine sainte et ouvre au temps pascal. Cette veillée s’est mise en place progressivement.

Elle comporte quatre grands moments : le feu et la lumière, la Parole, les baptêmes et la profession de foi, l’Eucharistie.
Ici encore, les rites sont uniques et d’une force symbolique rare. En effet, la veillée pascale se présente comme une action symbolique du Christ qui nous fait passer de la nuit à la lumière, de la mort à la vie. Le chrétien est invité à fixer les yeux sur Jésus traversant la mort, entrant dans la gloire et nous apprenant à attendre sa venue à la fin des temps. C’est un apprentissage à marcher à la suite du Christ, lumière de nos vies.
La veillée pascale ouvre sur le jour de Pâques où le chrétien s’attache à suivre les disciples au tombeau vide, à entendre l’annonce de la Résurrection du Christ, cœur de la foi.

On voit l’importance de ce triduum pour la foi. Chemin rituel qu’il convient de respecter dans sa totalité, il offre aux chrétiens de contempler le mystère du Christ, mystère de salut et d’aller au cœur de la foi.

Serge Kerrien

Voir Tridium pascal : le cœur de la foi
La Semaine sainte, un itinéraire à vivre avec le Christ


Commentaires

Bouton Contact image J�sus

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345