Chrétiens et écologie - Déclaration de Venise

Extraits de la déclaration
dimanche 8 mars 2015
par  Jean Besnier
popularité : 24%

En 2002, le pape Jean-Paul II et le patriarche œcuménique Bartholomée signaient une déclaration commune, dite « Déclaration de Venise »

Extraits

  • « Le respect pour la création découle du respect pour la vie et la dignité humaines. C’est sur la base de notre reconnaissance du fait que le monde est créé par Dieu que nous pouvons distinguer un ordre moral objectif, à l’intérieur duquel nous pouvons mettre en place un code d’éthique de l’environnement. Dans cette perspective, les chrétiens et les autres croyants doivent jouer un rôle spécifique en proclamant les valeurs morales et en éduquant les personnes à une conscience de l’écologie, qui n’est autre que la responsabilité envers soi-même, envers les autres, et envers la création.
    repentir, prière, triple vision spirituelle
  • Ce qui est exigé est un acte de repentir de notre part et une tentative renouvelée de nous considérer nous-mêmes, les uns les autres, et le monde qui nous entoure dans la perspective du dessein divin de la création. Le problème n’est pas seulement économique et technologique, il est également moral et spirituel. Une solution au niveau économique et technologique ne peut être trouvée que si nous entreprenons, de la façon la plus radicale possible, une conversion intérieure du cœur, qui puisse conduire à un changement de mode de vie et à une modification des schémas inacceptables de consommation et de production. Une conversion authentique dans le Christ nous permettra de changer notre façon de penser et d’agir.
  • Nous devons tout d’abord retrouver l’humilité et reconnaître les limites de nos pouvoirs, et, ce qui est plus important, les limites de nos connaissances et de notre jugement. Nous avons pris des décisions, accompli des actions, et établi des valeurs qui nous ont détournés du monde tel qu’il devrait être, détournés du dessein de Dieu sur la création, et de tout ce qui est essentiel à une planète saine et à une communauté saine de personnes. Une nouvelle approche et une nouvelle culture sont nécessaires, fondées sur la centralité de la personne humaine au sein de la création et inspirées par un comportement fondé sur une éthique écologique dérivant de notre triple relation avec Dieu, avec nous-mêmes et avec la création. Une telle éthique encourage l’interdépendance et souligne les principes de la solidarité universelle, de la justice sociale et de la responsabilité, afin de promouvoir une véritable culture de la vie.
  • En second lieu, nous devons franchement admettre que l’humanité mérite mieux que ce que nous voyons autour de nous. Nous avons droit, et bien plus encore nos enfants et les générations futures, à un monde meilleur, un monde libéré de la dégradation, de la violence et de l’effusion de sang, un monde de générosité et d’amour.
  • En troisième lieu, conscients de la valeur de la prière, nous devons implorer Dieu le créateur afin qu’il illumine partout les personnes sur le devoir de respecter et de veiller attentivement sur la création. »

Voir : Déclaration sur le site du Vatican

PS :

Source : La Croix, samedi 28 fév. 2015


Commentaires

Bouton Contact image J�sus