Une lecture de l’église d’Erquy

mardi 10 février 2015
par  Paroisses Erquy et Pléneuf
popularité : 15%

Une lecture de l’église d’Erquy

Telle qu’elle s’offre à nos regards aujourd’hui, l’église d’Erquy est comme un livre toujours ouvert qui, au curieux comme au fidèle, propose deux lectures : celle de sa longue histoire, celle du message de la foi que l’édifice ne cesse d’annoncer dans son langage propre.

L’église d’Erquy raconte une histoire

Histoire qui prend corps dans l’architecture de l’église et dit successivement, ses origines romanes, l’influence de l’ère ogivale, puis déterminants parce qu’ils ont donné à l’église beaucoup de son aspect actuel, les aménagements du XVIII° siècle. La récente restauration, au XX° siècle, a été conduite avec un soin et une justesse exemplaires.

L’église d’Erquy témoigne d’un message chrétien

Les chrétiens, fidèles habitués ou de passage, se rassemblent dans un édifice patrimonial dont ils héritent et qui, dans ses murs est un témoin de la foi. Hier, cela semblait clair, au point du moins le croyait-on, qu’il ne semblait pas nécessaire d’expliciter ce témoignage . . . Aujourd’hui nous savons bien qu’il y a lieu de regarder cette église avec un regard renouvelé et d’inviter les visiteurs, voire les fidèles, à en faire de même.

Ensemble essayons-nous à une lecture de l’architecture et, dans la cohérence avec cette lecture, celle d’une œuvre majeure qui est partie intégrante de l’église.

En assemblée …

Les dimensions de l’église l’expriment visiblement : l’église a été construite comme lieu d’assemblée. Une assemblée qui y célèbre, non une « cérémonie » mais une liturgie, c’est-à-dire une rencontre : le Seigneur va vers l’assemblée comme celle-ci va vers lui (cf. Luc 1 39 et suivants : la visite de Marie à sa cousine Élisabeth).

… un regard unique découvre trois signes

Sur les bancs de l’église, sagement alignés, prennent place les fidèles : quel que soit leur nombre, simplement parce qu’ils sont là, les voici disponibles à percevoir trois signes forts.

Premier signe. Tous les visages sont tournés vers le sanctuaire, point focal d’une communion dans la charité des regards et de l’écoute. Dans le sanctuaire en effet, au moment de la liturgie eucharistique, se tient le célébrant. Agissant « au nom du Christ », il accueille fraternellement le peuple chrétien face à qui il se tient, en conduit la prière, avec lui communie à la Parole puis, après avoir consacré le Pain et le Vin, invite les fidèles à communier avec lui au Repas du Seigneur : leur démarche vers l’autel répond à celle du Christ à leur rencontre.

Deuxième signe
 : L’axe de l’église, du porche au chœur, est orienté est-ouest. Ainsi le peuple chrétien assemblé est-il tourné vers l’orient, point où le soleil qui se lève est symbole du Christ vainqueur des ténèbres et de la mort. Il proclame, ce peuple, sa communion dans la foi au Ressuscité du matin de Pâques.

« Christ est notre lumière, notre soleil levant !
Qui regarde vers lui resplendira sans ombre ni trouble au visage !
Il vient nous visiter, en lui la joie de notre cœur ! »

(liturgie des laudes, samedi IV)

Troisième signe : aller vers ce signe demande une préalable attention à la nef.

La nef : nudité et rusticité voulues des matériaux, absence de tout ornement sur les robustes piliers carrés, rigueur géométrique des arcs en plein-cintre, souci de vérité qui refuse de masquer la rugosité de la pierre ou la grisaille des mortiers sous quelque douceâtre platerie peinte …
Oui, la nef de l’église d’Erquy peut être vue comme le symbole des réalités de toute existence humaine : contraintes, pesantes parfois, soucis multiples qui font grises les journées … C’est bien dans la nef et donc proche de l’assemblée que se dresse la seule et grande croix de l’église : mais latéralement et non de face, manifestant ainsi que pour le Christ, la croix (et au-delà de la croix, la mort) fut, non un terme, mais un passage : ainsi en est-il -en sera-t-il- pour chacun des fidèles rassemblés.

Au-delà de la croix, en arrière-plan de l’action liturgique, que contemplent les fidèles ?

Un vaste retable qui couvre le mur du chevet et offre au regard, dans la joyeuse dynamique de ses couleurs et de ses ors, une puissante image de la gloire céleste : « Tressaillez d’une joie inexprimable qui vous transfigure, car vous allez obtenir votre salut !  » (1P1, 6-9)
Au centre du retable, le tableau de l’Assomption de Marie. Marie qui, dans son corps a formé le corps du Christ mais, surtout, a manifesté tout au long de sa vie une entière disponibilité à l’amour du Père, entre corps et âme dans la gloire céleste.

Dans l’église d’Erquy, une heureuse et même perspective associe l’Assomption de Marie à la résurrection du Christ : « Que le père ouvre votre cœur à sa lumière pour vous faire comprendre l’espérance que donne son appel, la gloire sans prix de l’héritage que vous partagez avec les fidèles » (Ep 1, 18).
Ainsi le peuple chrétien est invité à la communion dans l’espérance. De part et d’autre du tableau, les statues de Pierre et Paul, ces deux grands saints, pécheurs pardonnés et « colonnes de l’Église », témoignent de cette espérance. En témoignent aussi, à leur manière, les statues de Saint Nicolas dans ses riches vêtements d’évêque signes de sa charge, et de saint Sébastien en son extrême dénuement : « Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures » (Jn 14, 2).

Triple invitation à communier dans la charité, dans la foi, dans l’espérance, tel est, me semble-t-il, l’un des messages que l’église d’Erquy, chaque jour ouverte, propre et fleurie, délivre à qui choisit d’y entrer, seul ou en assemblée, de s’y asseoir puis de laisser son regard -et sa méditation- aller à l’essentiel.

L’église d’Erquy : une église qui est chemin de lumière.

Frère Pierre LE DORÉ,
coordinateur de la commission diocésaine d’art sacré.
août 2007

Extrait de « L’Église Saints Pierre et Paul d’Erquy », trente citations bibliques pour guider la visite, édité par la paroisse d’Erquy en 2005, ed revue et augmentée en 2014. (L’édition de 2005 est disponible dans l’église et en vente au Presbytère d’Erquy)


Commentaires

Bouton Contact image J�sus