La liturgie, une catéchèse ?

vendredi 2 février 2018
par  Paroisses Erquy et Pléneuf
popularité : 16%

Nous avons tous connu ces célébrations dont le but clairement avoué était de catéchiser l’assemblée, surtout lorsque des enfants y participaient en grand nombre. La tentation existe d’utiliser la liturgie à des fins catéchétiques. Alors, on rajoute force, monitions, explications qui rendent la liturgie bavarde et indigeste. On a oublié que la liturgie porte en elle une dimension catéchétique.

 En quoi la liturgie est-elle catéchisante ?

Dans la liturgie, c’est le Christ lui-même qui catéchise en nous donnant la Parole de Dieu. Tous ensemble, petits et grands, nous avons à recevoir le don que nous fait Dieu de sa Parole, une Parole qui nourrit notre foi et, progressivement, nous convertit. La liturgie de la Parole est un vrai temps de catéchèse dont nous n’avons à priver personne, surtout pas les enfants.

Par ailleurs, la liturgie s’exprime par des rites, des gestes, des attitudes que l’on vit avec les autres. Chanter faire le signe de croix, réciter ensemble le Notre Père apprennent ce qu’est l’Église : une communauté variée de croyants qui, d’une même voix ou d’une même attitude, prient leur Seigneur et construisent une fraternité concrète.

La liturgie est du domaine de l’expérience de Dieu. Elle est chemin d’initiation où chacun, à force de les répéter, apprend les mots de la foi et les attitudes spirituelles qui les accompagnent.

 Un exemple : l’année liturgique.

L’année liturgique est le mémorial de l’histoire du salut ; elle nous fait entrer dans la connaissance de Dieu par toutes les dimensions que met en œuvre la liturgie. Construite à partir de la fête de Pâques, c’est-à-dire du cœur de la foi, elle fait le croyant parcourir l’ensemble des mystères du Christ, pour en vivre. Ainsi, à travers les différents temps qu’elle déploie, l’année liturgique, construit une relation avec Dieu et le Christ. Elle fait faire à chacun un chemin de vie spirituelle. La liturgie n’est pas une succession ponctuelle de fêtes, de rites, de gestes, de prières mais un chemin de foi, un chemin dont les mots répétés finissent par construire une mémoire croyante. Elle ne demande pas de tout comprendre, de tout expliquer ; elle fournit les mots de la foi, les attitudes spirituelles que l’on comprendra peut-être un jour, et qui structurent déjà le croyant.

 Que peut-on en conclure ?

Si nous voulons que la liturgie soit catéchisante, il convient d’abord de la respecter, de ne jamais la réduire à notre propre dimension au prétexte qu’on ne la comprend pas. Si elle demande parfois quelques explications, elle demande surtout qu’on la laisse agir avec sa grâce propre. Pour ce faire, on l’accueille comme un don de Dieu et de l’Église. Puis on fait confiance à ses rites en cherchant à bien les mettre en œuvre, sans les réduire. Quant aux gestes, qu’on s’efforce de bien les poser et qu’on se donne le temps de prendre les attitudes spirituelles d’écoute, de louange, de prière, de méditation, de silence. Et qu’on n’oublie jamais que la musique, la beauté des lieux, les fleurs, etc… sont autant de portes d’entrée dans le mystère du Christ et qu’elles catéchisent à leur manière. Il nous faut donc articuler foi professée, foi célébrée, foi vécue et foi priée. Dans la construction de notre identité croyante, liturgie et catéchèse sont complémentaires. Il ne faut ni les opposer ni les confondre. Elles sont toutes deux nécessaires pour construire, faire vivre notre foi et apprendre à en témoigner.

Serge Kerrien

Documents joints

PDF - 21.9 ko

Commentaires

Bouton Contact image J�sus