Chapelle de Dahouët

lundi 29 décembre 2014
par  Paroisses Erquy et Pléneuf
popularité : 44%

Chapelle de Dahouët

La chapelle a été consacrée le 1er juillet 1926.

Elle est dédiée à Notre-Dame de la Garde.
C’est de cette chapelle que part la procession du Pardon de Dahouët.

Elle appartient au diocèse.
L’entretien est à la charge de la paroisse et ne peut se faire que grâce à votre générosité.

André Guigot, Dahouët port de Bretagne Nord, tome 2, Breizh-Compo, Saint-Brieuc, 1990, p 71
(… Après l’édification de la chapelle du Val André en 1899…) « les Dahouëtins pensaient qu’il serait juste et bon que Dahouët eut aussi sa chapelle. Mais la guerre et l’immédiate après-guerre jeta quelque peu le voile de l’oubli sur ce projet et ce n’est qu’en 1923 que celui-ci prit forme avec comme premier acte positif le choix et l’achat du terrain sur lequel on l’édifierait. Ce terrain qui dominait l’étang appartenait à M. René Eveillard.

Tout s’accomplit alors très vite. Fin 1923 les plans dessinés par M. Auguste Courcoux de St Brieuc et le devis correspondant sont déposés au presbytère. Chose étonnante, lors de l’adjudication, aucune entreprise locale ne se manifesta et c’est l’entreprise Grémont de St Brieuc qui l’emporta. La première pierre fut posée le 9 août 1925 et en juin 1926, tout était terminé. La chapelle s’ouvrit au culte le 1er juillet 1926, mais ce n’est qu’un mois plus tard, le 8 août, qu’au cours d’une cérémonie officielle elle fut bénie par Mgr Serrand, évêque de St Brieuc.

Deux des vitraux du chœur représentent une scène de pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve et un des Pardons de février d’autrefois. Une statue de ’La Vierge tenant son enfant dans les bras’ domine l’assistance des fidèles cependant que la maquette d’un trois-mâts pend à la voûte. Les vitraux latéraux laissent largement entrer la clarté du jour et les rayons du soleil donnant à la petite chapelle une image souriante et gaie qui ne nuit en rien au recueillement que l’on doit trouver dans les églises.

"En 1927 eut lieu la bénédiction du Chemin de Croix et des deux cloches. Celles-ci eurent respectivement pour parrains-marraines Mme Morinay et M. Le Pechon pour la grande et Mme Beaujean et M. Eveillard pour la petite, et tout naturellement elles s’appelèrent de leurs prénoms : Paule-Francisque pour la première et Marie-René pour la seconde. »

Informations transmises par Jérôme Molle

Commentaires

Bouton Contact image J�sus

Navigation

Articles de la rubrique

  • Chapelle de Dahouët