Par un autre chemin

vendredi 6 janvier 2017
par  Paroisses Erquy et Pléneuf
popularité : 44%

Belle histoire que celle des mages. S’il sait raconter, Matthieu reste d’abord un théologien. Il met en scène des points importants de la foi des premiers chrétiens.

Qui sont les mages ?
Matthieu retient qu’ils sont étrangers.
Pourquoi veulent-ils donc se prosterner devant le roi des juifs ?

 Le temps de la préparation

Dieu notre Père, que ton Esprit accompagne notre lecture du récit de l manifestation de ton Fils aux étrangers.

 
Le temps de l'observation

Étrange étoile. Elle met en mouvement les mages, mais attend la rencontre des mages avec les autorités de Jérusalem pour réapparaître !
Les titres attribués au nouveau-né sont prestigieux : « roi des juifs », « Messie », « chef », « le berger d’Israël ».

Pourquoi Hérode et « tout Jérusalem avec lui » sont-ils inquiets face à un nouveau-né sans défense ?

Pourquoi ce secret ?
À Jérusalem, les Écritures, et non l’étoile, indiquent la localité où se trouve l’enfant !
La myrrhe et l’encens sont-ils des présents adaptés à la scène ?
Les mages, après avoir bénéficié du concours de l’étoile à l’aller, bénéficient d’un songe au retour. Ils sont passés par Jérusalem, ils n’ont plus besoin ensuite d’y revenir.

 
Le temps de la méditation

1. La foi de Pâques

La foi de Pâques éclaire l’aventure des mages. Les titres qui identifient le nouveau-né correspondent à ceux qui sont attribués après Pâques au Ressuscité par ses disciples. Le récite des mages proclame que Jésus est bien roi des annonces prophétiques. Il est le Messie de Dieu, le « berger d’Israël ». Les temps nouveaux de Dieu s’ouvrent avec lui.

2. La vie des communautés

Les tout premiers disciples de Jésus étaient juifs. Ils ont été vite confrontés au problème des étrangers désireux d’entrer dans leurs communautés. Le récit des mages témoigne de la progression de la réflexion chrétienne. Si les étrangers ne possèdent pas les Écritures, Dieu peut leur faire signe autrement. Et puis, ils recevront les Écritures de Jérusalem qui symbolisent le peuple de Dieu. Mais ensuite, les étrangers convertis n’ont plus besoin de repasser par Jérusalem. Autrement dit, les chrétiens d’origine juive n’ont plus à imposer leurs lois et leurs coutumes. À l’inverse, les chrétiens d’origine étrangère ont à reconnaître tout ce qu’ils doivent à leurs frères juifs.

3. Les mots de l’Ancien testament

Impossible, sans les Écritures de savoir où se trouve le Messie. C’est dire leur rôle nécessaire chez les chrétiens. Le récit comporte d’autres allusions à la Bible comme la mention de l’étoile (Nombres 24, 17 : « Un astre, un sceptre se lève »), celle des présents apportés par les mages (Isaïe 60,1-6 : « tous ceux de Saba viendront apportant l’or et l’encens »). On trouve encore l’écho du psaume 72 : «  Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les étrangers le serviront » (verset 11).

4. L’espérance

Les chrétiens savent qu’ils sont envoyés par le Ressuscité : « Allez ! De toutes les nations, faites des disciples » (Matthieu 28, 19). Le récit des mages redit cette nécessité pour les chrétiens d’être missionnaires auprès des étrangers à la foi chrétienne. Il ouvre sur l’espérance des temps où le Messie se « manifestera » (c’est le sens du mot ‘épiphanie ») à tous lors de sa venue glorieuse.

5. La vie de Jésus

Dans le récit de Matthieu, Hérode et les habitants de Jérusalem ne se sont pas dérangés pour se prosterner devant l’enfant. La suite du texte de Matthieu montrera qu’Hérode cherchera même à supprimer l’enfant. Tout le drame de la croix se profile ici : Jésus est rejeté par les autorités de son pays. Matthieu, au départ de son évangile, annonce ce qui va effectivement se passer pour Jésus.

6. Le temps de la prière

Béni sois-tu, Dieu, notre Père. Nous Te rendons grâce car l’aventure des mages rejoint celle de ceux qui Te cherchent. Ils rencontrent ton Fils grâce aux signes que Tu leur donnes et grâce à la méditation des Écritures reçues de ton peuple aimé. Renforce le souffle missionnaire de nos communautés chrétiennes en vue de l’Épiphanie glorieuse de jésus, ton Fils, notre Seigneur.


Père Marc Sevin, bibliste


Un texte à méditer

L’Épiphanie est, bien sûr, d’abord la fête du Christ, Lumière de Dieu, Épiphanie de Dieu qui « se fait voir » aux hommes de toute culture et de toutes les nations, qui se « manifeste » dans les ténèbres de notre humanité. Mais, l’Épiphanie est aussi la fête de tous les hommes et de toutes les femmes qui sont en quête d’une étoile, ces Mages d’hier et d’aujourd’hui qui cherchent à donner un sens à leur vie, qui cherchent un peu de lumière, la vérité.
Chacun de nous, poète ou ingénieur, pauvre ou riche, jeune ou vieux, travailleur manuel ou intellectuel, chef d’État ou concierge, tous nous poursuivons une étoile dans le ciel de notre cœur, de notre conscience ou dans le ciel de nos rêves.
Comment s’appelle l’étoile que vous cherchez l’étoile qui vous permet de vivre et d’espérer encore et malgré tout : Santé, Justice, Paix, Amour, Bonheur, Tendresse, Liberté ?
Car, vous le savez, le plus dramatique dans la vie d’un homme, c’est de ne plus avoir d’étoiles à poursuivre ! Alors, au fond d’une nuit trop noire, l’homme se meurt de désespoir ou d’ennui.
En cette fête de Lumière du Christ vivant, qui se lève, peu à peu, sur l’obscurité de notre terre, nous sommes invités à apprendre à discerner les épiphanies de Dieu, à découvrir ces mille et une petites étoiles qui, de temps en temps, percent la grisaille de notre vie quotidienne !

Extrait homélie du Père Michel Hubaut (3 janvier 1988)

Commentaires

Bouton Contact image J�sus

Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois