L’Allemagne fête les 500 ans de la Réforme

vendredi 2 décembre 2016
par  Jean Besnier
popularité : 30%

Dans plusieurs pays, les célébrations du 500e anniversaire de la Réforme protestante se sont ouvertes lundi et dureront toute une année.
En Allemagne, l’événement est à la fois culturel, politique et religieux.
L’Église protestante souhaite s’adresser à un large public et a aussi choisi de donner une large place à l’œcuménisme.

Les festivités ont enfin commencé. Après dix années de préparation, l’Église protestante d’Allemagne (EKD) a lancé ce lundi les célébrations des 500 ans de la Réforme, non pas à Wittenberg, où le 31 octobre 1517, Martin Luther afficha ses 95 thèses, mais à Berlin. Le président de la République, Joachim Gauck, a participé à un culte à la Marienkirche, située sur l’Alexanderplatz, et à un grand concert. Dans un an, Wittenberg, la ville de Luther, clôturera ce jubilé par une grande célébration dans l’église de la Toussaint, rénovée pour l’occasion.

Livres, expositions, débats, rencontres, le programme de cette année est chargé. « Je suis impressionné par l’intérêt que suscite ce jubilé », reconnaît l’évêque Heinrich Bedford-Strohm, président de l’Église protestante d’Allemagne qui compte 22,3 millions de membres. « Les gens se sentent touchés par la Réforme en tant qu’événement historique, culturel mais aussi religieux à une époque où il y a tellement de conflits et une telle recherche de sens. C’est un signe important pour toutes les Églises. »

Les 500 ans de la Réforme lui ont donné l’occasion de présenter une nouvelle Bible de Luther. À l’issue de cinq années de travail, le précédent texte daté de 1984 a été remanié en de multiples endroits et s’arrache déjà comme des petits pains.
Pour le président du conseil de l’EKD, c’est « l’un des points d’orgue de ce jubilé » tout comme le seront les rencontres protestantes du mois de mai, à Berlin et Wittenberg.
Les festivités laissent aussi une place centrale aux événements œcuméniques.
Pour le pasteur ­Johann Hinrich Claussen, conseiller culturel de l’EKD, « c’est la première fois que le jubilé est pensé dans la joie, la paix et sans haine »
Lundi, le culte célébré à Berlin a réuni les représentants des Églises protestante, catholique et orthodoxe, comme en écho à l’invitation lancée au pape François par la Fédération luthérienne internationale. 

En septembre, les Églises protestante et catholique d’Allemagne ont présenté un texte de 92 pages intitulé « Guérir la mémoire, témoigner de Jésus-Christ » afin de comprendre ensemble ce processus de Réforme.
Plusieurs de leurs membres ont également effectué un pèlerinage commun en Terre sainte.
Côté catholique, certains se sont interrogés sur la pertinence de célébrer le jubilé de la Réforme, vécu comme « un divorce » entre catholiques et protestants. « Nous vivons le jubilé, conscients des différences théologiques existant entre nous et que nous ne pouvons pas prendre à la légère, mais conscients aussi de notre responsabilité devant l’Histoire », affirme Mgr Heiner Koch, l’archevêque de Berlin.

Signe de l’ampleur de l’événement outre-Rhin, l’État fédéral et les régions sont eux aussi très impliqués dans l’organisation des célébrations, aux côtés de l’Église protestante.
En 2007, le gouvernement a décidé de s’impliquer, rappelant que « la Réforme fait partie des racines religieuses de la société » et que « son jubilé représente une grande chance pour le développement de la démocratie ».
En 2011, les députés du Bundestag ont eux aussi reconnu l’importance de cet « événement de portée mondiale »
Le 31 octobre 2017, jour de l’anniversaire de la Réforme, sera pour la première fois chômé dans l’ensemble du pays.

Alors que la pratique religieuse est en berne en Allemagne, les responsables de l’EKD souhaiteraient toucher un large public. Des personnalités ont été invitées à témoigner de leur foi : Jürgen Klopp, l’ex-entraîneur du club de football de Dortmund, a ainsi souligné son attachement à Luther, qui « s’est battu pour les laissés-pour-compte »
Si l’Allemagne s’apprête à accueillir plus d’un million de pèlerins, les festivités ne se limitent pas au seul pays de Luther. Demain, 3 novembre, s’ouvre à Genève, en Suisse, le parcours européen des cités de la Réforme : durant sept mois, un camion sillonnera 19 pays, avec à son bord des bénévoles et une exposition. « Mon plus grand vœu est que, durant cette année, les gens découvrent le bonheur de mettre leur vie dans les mains de Dieu »,explique l’évêque Bedford-Strohm.

Delphine Nerbollier,
correspondante à Berlin

La Croix 02 11 2016


Commentaires

Bouton Contact image J�sus