le curé mouille son maillot

mardi 25 octobre 2016
par  Anne-Marie Barbu
popularité : 27%

Lamballe. Le prêtre apprend à nager et fonce au triathlon

Il ne marche pas encore sur l’eau ! Ces derniers jours, la boutade est souvent revenue après l’exploit du père Pierrick Jégonday, à la tête de la paroisse de Lamballe (Côtes-d’Armor).
Début septembre, le curé breton a participé pour la première fois à un triathlon, à Quiberon (Morbihan). « Et je l’ai terminé ! C’était mon objectif », sourit l’homme d’Église, pour qui le sport est « une passion et un lieu de respiration ».


À sa sortie de l’eau, le père Jégonday savait qu’il finirait le triathlon. | DR

Au classement final, il a décroché la 387e place sur 455 participants. Rien n’était gagné : il y a encore neuf mois, le prêtre, âgé de 47 ans, ne savait pas nager.
À force d’entendre ses copains du Team Méga-club parler du triathlon de Quiberon, le père Jégonday a eu envie de tenter l’aventure.
« C’est important de se lancer des défis ! »
« Il faut aller au bout »

Chaque dimanche matin, avant la messe, le fan de marathon enfile son maillot, direction la piscine. « J’ai acquis quelques notions de brasse en 2004, après avoir marié un couple de maîtres-nageurs. Mais je n’étais pas du tout à l’aise dans l’eau. »
Hypermotivé, le père Jégonday s’entraîne donc au crawl avec un maître-nageur et se débrouille. « Le plus dur, c’est la respiration. Quand je me suis inscrit au triathlon en janvier, je ne savais pas si je serais sur la ligne de départ. J’ai pris ma décision le 20 août, après avoir fait plusieurs sorties en mer. J’ai enchaîné 750 m de nage, 20 km de vélo et 5 km de course. »

Le jour J, un ami du club l’accompagne et le suit dans l’eau pour le rassurer et l’encourager. Le moment a été filmé. Un regard et le curé, confiant, plonge dans les vagues. Environ vingt-cinq minutes plus tard, il sort de l’eau. « Je savais que je finirai. J’ai ensuite rattrapé mon retard. » Le compteur affiche 1 h 38. «  Il y a eu de l’adrénaline, c’est une belle sensation », confie le curé, qui continue à perfectionner son crawl, en vue d’autres triathlons.
« C’est un message sur le sens de l’effort. Malgré ses craintes, il faut aller au bout. On a tous les capacités. Il faut les développer. »
Cette bonne parole, le prêtre la porte au quotidien auprès des jeunes.

[/Soizic QUÉRO
Ouest France du 22/09/2016]

web http://www.ouest-france.fr/insolite…


Commentaires

Bouton Contact image J�sus

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123