A mi-parcours du synode diocésain

lundi 17 octobre 2016
par  Paroisses Erquy et Pléneuf
popularité : 17%

  Sommaire  

Les « marches synodales », du 18 au 24 septembre 2016, ont été marquantes, pour moi bien sûr mais pour beaucoup d’autres, je crois. Un soleil radieux, 95 kms de chemins magnifiques qui m’étaient jusqu’ici inconnus, de nombreux marcheurs, avec la participation remarquée d’enfants et de jeunes de l’enseignement catholique, des célébrations eucharistiques ferventes et de belles assemblées, le soir, pour la restitution organisée et bien rythmée des réflexions des 1000 équipes synodales.

Très heureux de vivre cette expérience originale, je remercie très chaleureusement toutes les équipes qui ont préparé chacune de ces journées (itinéraire, sécurité, cafés et goûters, liturgie, animation etc …). Je suis très reconnaissant à Régine Chardonnet et à tout le conseil du synode pour l’immense travail qui a conduit à une première synthèse, à mi-parcours du synode. Nous ne devons pas oublier de rendre grâce ni d’appeler la force de l’Esprit pour la suite du synode et pour notre conversion !

 S'étonner

Beaucoup m’ont dit leur bonne surprise après les temps de partage dans les équipes synodales. S’étonner, c’est se réjouir des bonnes surprises, de ce que nous n’attendions pas. S’étonner de ce que nous sommes devenus dans la vie chrétienne, chemin faisant, comme sur la route d’Emmaüs, comme pendant les marches synodales, où nous pouvions poursuivre les conversations, au rythme de nos pas, plus lent et plus apaisé que nos courses et nos affairements quotidiens. S’étonner, c’est être simplement heureux de notre baptême, de notre confirmation, comme de notre mariage, de notre consécration ou ordination.

 Oser

Oser sortir de nos enclos. Oser inviter des personnes qui ne fréquentent pas l’Église : c’est souvent ce que vous avez fait dans la constitution des équipes synodales. Oser résister à la peur, entretenue par la violence terroriste et le manque de perspectives. N’ayons pas peur de regarder en face les défis du monde, les angoisses mais aussi les espoirs. Nous ne pouvons pas renoncer à chercher ce qui est juste, ce qui est bon, ce qui respecte la personne humaine. Du respect de la vie à l’accueil des réfugiés et des migrants, de la dignité du travail au soutien des familles, du souci légitime de notre sécurité à l’ouverture du cœur pour les populations martyrisées d’Alep et d’ailleurs. Avec nos concitoyens, nous avons le devoir de chercher la vérité, de pratiquer la justice et de servir la paix. Que l’Esprit Saint inspire à l’Église et à chacun « les paroles et les gestes qui conviennent quand nous nous trouvons en face de frères seuls ou désemparés ». (Prière eucharistique pour les grands rassemblements).

 Écouter

Comme pour les premiers chrétiens, nous portons cette question : « Que devons-nous faire ? » (Actes 2,8). Nous voulons continuer à écouter l’Esprit Saint et à chercher ardemment la volonté de Dieu. Je vous invite à prier pour l’assemblée du synode, qui se réunira pour la deuxième fois les 26 et 27 novembre. Elle devra donner forme à des premières propositions pour la mission de notre Église diocésaine. Elle le fera à partir de la riche moisson des équipes synodales et à l’écoute de l’Esprit Saint.

Merci !

Mgr Denis Moutel
Édito ECA (Eglise en Côtes d’Armor) - octobre 2016

Voir Marche synodale du 19 septembre 2016 - Témoignages


Commentaires

Bouton Contact image J�sus
image Noel

Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031