Annoncer la Miséricorde

mardi 4 octobre 2016
par  Paroisses Erquy et Pléneuf
popularité : 43%

« En cette année du jubilé de la Miséricorde, nous voilà investis de l’Annoncer comme missionnaires ! Missionnaires de la Miséricorde pour soutenir dans la prière et dans le partage les diocèses les plus démunis dans le monde »…

Mgr Patrick LE GAL, évêque auxiliaire de Lyon
Directeur National des Œuvres Pontificales Missionnaires

 Un Dieu qui engage l’Homme dans 14 œuvres de miséricorde

L’Église est le sacrement de l’amour et de la miséricorde, mais elle est invitée à le vivre de façon toujours nouvelle, en l’approfondissant. L’amour et la miséricorde sont sans doute les plus beaux noms de Dieu ; ils permettent aux croyants de se tourner vers Dieu, créateur et sauveur, et d’analyser avec finesse et vérité les misères humaines.
Le croyant peut alors reprendre les mots du psalmiste : « La miséricorde du Seigneur, à jamais je la chanterai ». (Ps 89, 2), car sa bonté et sa fidélité sont établies pour toujours.
Une autre manière de chanter la miséricorde de Dieu, c’est de s’engager dans des œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles.

 Le pape François indique 7 œuvres de miséricorde corporelles :

  • donner à manger aux affamés,
  • donner à boire à ceux qui ont soif,
  • vêtir ceux qui sont nus,
  • accueillir les étrangers,
  • assister les malades,
  • visiter les prisonniers,
  • ensevelir les morts.

  Il donne aussi 7 œuvres de miséricorde spirituelles :

  • conseiller ceux qui sont dans le doute,
  • enseigner les ignorants,
  • avertir les pécheurs,
  • consoler les affligés,
  • pardonner les offenses,
  • supporter patiemment les personnes ennuyeuses,
  • prier Dieu pour les vivants et pour les morts.

(Le visage de la miséricorde, n° 15 ; Ez 33, 8-9 ; Col 3, 16 ; Mt 25, 31-46 ; Is 58, 6-11).

Chaque chrétien est invité à « ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu » comme l’écrit saint Benoît (Règle de saint Benoît, IV, 74), d’où l’importance du Jubilé extraordinaire de la miséricorde.
« L’Église ressent fortement l’urgence d’annoncer la miséricorde de Dieu » (Le visage de la miséricorde, n° 25).

La mission sous le signe de la miséricorde divine est exigeante.
Pratiquer une miséricorde sans vérité manquerait d’honnêteté et risquerait d’être un vain bavardage.
Inversement, dire la vérité sans miséricorde et sans amour serait froid, rebutant et même blessant.
La vie de l’Église est crédible lorsque la miséricorde est l’objet d’une annonce convaincante (Le visage de la miséricorde, n° 12-13 et 25). L’Église a la mission d’annoncer la miséricorde de Dieu, de la contempler et d’en faire son style de vie, afin que tous entendent l’appel du Christ : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Lc 6, 36).
Lors des pèlerinages, des démarches de réconciliation et des engagements dans les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles, il s’agit à chaque fois d’aimer en vérité (voir Is 58, 6-11 ; Mt 25, 31-45 ; Rm 12, 8), de tendre vers plus de miséricorde, de perfection et d’amour , en communion avec Dieu à qui le psalmiste s’adresse : « Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours » (Ps 25, 6).

Pierre Diarra,
Théologien, Conseil pour les relations interreligieuses
et les nouveaux courants religieux à la conférence des Évêques de France
Responsable de l’Union Pontificale Missionnaire

Commentaires

Bouton Contact image J�sus

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345