Jeudi 20 novembre 2014 — Dernier ajout lundi 14 mai 2018

Un pionnier de la Liturgie nous a quittés Enregistrer au format PDF

0 vote

L’abbé Bernard Le Gal s’est éteint mardi soir, 18 novembre.à l’hôpital de Saint Brieuc.

L’abbé Bernard Le Gal a rejoint notre communauté paroissiale jusqu’en début d’année pour la messe dominicale à Erquy, environ une fois par mois, en alternance avec l’abbé Basset.

Abbé Bernard Le Gal, Chanoine du Chapitre de la Cathédrale de Saint-Brieuc Un apôtre du sens.

Pendant plus de 40 ans, Bernard Le Gal a été « maître-es-liturgie » pour le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier et bien au-delà.

Les « Fiches Dominicales » destinées aux acteurs de la Liturgie les sensibilisèrent et les initièrent aux nouveaux rites post conciliaires, et comptèrent plus de 20.000 abonnés. Ne les avons-nous pas vues à la Nonciature d’Islamabad en 1992 ? Semaine après semaine, avec anticipation de plus d’un mois il rédigeait ces fiches, soit plus de 2.000 en 40 années.

La Liturgie est action et met donc en œuvre des acteurs ; Bernard, grand éducateur, savait attirer notre attention sur l’importance des faits, paroles et gestes propres au Culte. Pour lui, par respect du sacré, tout avait un sens : depuis l’aspect des lieux, le fleurissement, la musique, la proclamation de la Parole Il voulait, disait-il « donner leur chance aux rites ». Lors des après-midi « répertoire » groupant les personnes ressources des paroisses, il mettait en relief les paroles des chants que son ami Léon Guillou apprenait aux chorales paroissiales.(Léon Guillou décédé lui aussi un 18 novembre). Pour les psaumes réapparus en Liturgie, il fit venir à Saint-Brieuc son amitié Didier Rimaud, Jean-Claude Menou et autres célébrités du CNPL.

Comme pour les sacrements où le signe manifeste une réalité spirituelle, sa pédagogie dé-voilait la signification des faits et gestes, insistant sur le sens des choses. Cérémoniaire épiscopal, il mettait en pratique son enseignement, faisant preuve de précision méticuleuse (un artiste est toujours un peu angoissé) et de grande dignité. Membre de la Commission d’Art Sacré diocésaine, il continuait, bien qu’en retraite, à conseiller les intervenants : architectes, musiciens et apprentis organistes.

Une telle clairvoyance provenait d’abord de sa vaste culture, mais aussi de son feu intérieur. Il rayonnait par sa voix lente et douce toute empreinte de délicatesse, car chez lui … urbanité et charité s’embrassaient.

BLN

Web : http://saintbrieuc-treguier.catholique.fr/40-ans-de-Fiches-Dominicales

Une messe sera célébrée à sa mémoire, chapelle du Cèdre le vendredi 21 novembre à 10 heures.

Les obsèques auront lieu en l’église Saint-Michel de St-Brieuc le vendredi 21 novembre à 15 heures.