Dimanche 5 juillet 2015 — Dernier ajout mardi 30 juin 2015

Un chrétien ne peut observer ce qui se passe dans le monde depuis un balcon » Enregistrer au format PDF

0 vote

« Un chrétien ne peut observer ce qui se passe dans le monde depuis un balcon » Pape François

L’année pastorale qui s’est écoulée a été jalonnée par des événements marquants : conflits armés, crise économique, fondamentalisme, cataclysmes et violences de toute sorte… Pour un chrétien, il est important d’être lucide sur ce qui se passe dans notre monde, mais il est aussi fondamental de ne jamais céder au pessimisme ou à la lassitude. Comme le rappelait le dernier synode sur l’évangélisation, tous ces constats ne sont pas des obstacles, mais plutôt des défis à relever. Nous voilà donc au défi de poser un regard constructif et de complémentarité durant l’année pastorale 2015/2016. Plutôt que d’être en concurrence les uns avec les autres ou de nous comparer, soyons complémentaires et mettons nos capacités en commun. C’est ainsi que nous témoignerons de l’Amour du Seigneur pour notre monde et de sa Présence aimante sur les chemins de la vie.

Ce temps de vacances qui se présente à nous est donc à aborder avec le Christ. Certains d’entre nous en profiteront pour se ressourcer par des lectures et d’autres par un temps de retraite, c’est-à-dire de manière constructive et dans l’Espérance. L’un des sujets qui peut également nous habiter pendant la saison des grandes vacances est celui de la sauvegarde de notre planète. L’encyclique du Pape François, publiée le 18 juin dernier, sur la sauvegarde de la création, est un appel à cela. Soyons des chrétiens respectueux de la nature, de notre environnement et de nos personnes. L’écologie de la planète commence par la manière dont nous respectons notre personne. Protéger les forêts et la nature commence par la manière dont nous agissons dans le jardin de notre cœur. « Un chrétien qui ne protège pas la création, qui ne la fait pas croître, est un chrétien qui n’accorde pas d’importance à l’œuvre de Dieu, cette œuvre née de l’Amour de Dieu pour nous. » (Pape François - février 2015).

Vous l’avez compris, avec ce temps de vacances, temps de voyage, de détente, de dépaysement, de repos et de méditation pour certains, nous sommes appelés à être acteurs dans la société et dans l’Église. Le Pape François a rappelé, en mai dernier, qu’un chrétien ne peut « observer ce qui se passe dans le monde depuis un balcon ». Nous ne sommes pas au-dessus du monde. Au nom de notre foi, nous sommes appelés à être levain dans la pâte, acteur dans un monde en construction. «  Il faut donc s’impliquer et donner le meilleur de soi-même  », pour aller à la rencontre des autres jusqu’aux périphéries de nos « mondes » propres à chacun et à chacune d’entre nous.

Enfin, sans optimisme béat, mais dans un réalisme serein, soyons les témoins de l’espérance intérieure ; celle-là même qui n’est pas éphémère, mais qui réside au fond de nos cœurs depuis plus de 2000 ans et qui, telle une brise légère, reste présente tout au long de notre histoire.

Voilà donc le programme qui s’offre à nous : prendre part à la construction de notre monde, s’engager pour la sauvegarde de la planète, aller aux périphéries de nos « mondes » et de notre cœur pour rencontrer le Christ et rendre grâce, en Eglise, de tout ce que nous vivons.

Restons en tenue de service ! Bonne vacances à toutes et à tous,

P. Jean Chilair Boncœur, Curé de la Paroisse de Matignon