Samedi 6 janvier 2018 — Dernier ajout vendredi 19 janvier 2018

Suivons les Rois Mages ! Enregistrer au format PDF

0 vote

Les Rois Mages nous conduisent à chercher Jésus

Suivre l’étoile : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » (Mt 2, 2). Ce qui est frappant chez les Rois Mages, c’est leur sensibilité aux signes des temps. Voici des étrangers qui scrutent le ciel à la recherche de la vérité. Ils viennent de loin, ils viennent d’Orient, mais ils n’hésitent pas à prendre la route courageusement à la recherche du Salut.

Sommes-nous des chercheurs de vérité ?

Ils ne veulent pas rester sur leur acquis de mages ou de savants, mais ils cherchent et cela rejoint la parole du livre des Chroniques : « Le Seigneur est avec vous quand vous êtes avec lui ; si vous le cherchez, vous le trouverez. » (2 Ch 15, 2) Parole reprise par le Christ lui-même : « Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte. » (Mt 7, 7)

On peut même pousser la réflexion en disant que les Rois Mages sont “ sensibles ” au Saint-Esprit qui va les conduire peu à peu à découvrir le Roi des rois.

Demandons, nous aussi, cette écoute et cette sensibilité au souffle de l’Esprit-Saint.

Forts de cette foi admirable, les rois mages se laissent conduire par Dieu : « Et voilà que l’étoile qu’ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant. » (Mt 2, 9). Les Rois Mages nous conduisent à apporter des cadeaux à Jésus : « Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. » (Mt 2, 10-11) Ce qui est frappant, c’est que depuis longtemps déjà les mages avaient prévu d’apporter leurs cadeaux à Jésus Seigneur. Et, de plus, ils ne semblent pas être étonnés d’être devant un nourrisson !

Et nous, quels cadeaux apportons-nous à Jésus ?

L’or de la royauté dans le service de la charité, l’encens de la divinité ou la myrrhe qui annonce la souffrance rédemptrice ? Chaque jour nous pouvons Lui apporter les trois cadeaux en Lui rendant grâce pour sa royauté, sa divinité et son Salut par sa passion, sa mort et sa résurrection. Chaque jour, nous pouvons aussi recevoir sa royauté et sa divinité et ce, particulièrement au travers de la prière et de l’Eucharistie. De plus, chaque jour nous pouvons offrir aussi nos propres souffrances et toutes nos difficultés à notre Seigneur Jésus, afin qu’elles soient unies aux siennes et offertes comme un bouquet de roses au Père des Miséricordes.

Les Rois Mages nous invitent à nous prosterner et à adorer Jésus.

Deux fois il est question dans les textes bibliques de se prosterner devant Jésus : « Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » (Mt 2, 2) et « En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. » (Mt 2, 11). Là, nous touchons, il me semble, une grande et belle grâce à recevoir par l’intercession des Rois Mages. En effet, voici des hommes intelligents, des savants de l’époque. De plus la tradition nous les présente comme des “rois”. Et que font-ils ? Ils se prosternent et adorent l’Enfant-Jésus qui vient de naître…

Contraste étonnant qui doit véritablement nous poser question et nous enseigner.

Quelle humilité et quelle lucidité !

Les textes bibliques nous préparent à cela : « Devant moi toute créature tombera à genoux, par moi jurera toute langue en disant : « Au Seigneur seul la justice et la force ! » (Is 45, 23) ou « un petit garçon les conduira » (Is 11, 6). Oui, même les plus savants et les plus intelligents sont invités à plier le genou devant le Seigneur : « C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et dans les enfers, et que toute langue confesse, à la gloire de Dieu le Père, que Jésus-Christ est Seigneur. » (Ph 2, 9-11)

Le Père cherche des adorateurs

Jésus nous dit : « Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. » (Jn 4, 23-24) Voilà un geste que nous devons remettre au goût du jour. L’homme porte en lui le besoin d’adorer et de se prosterner. Si nous ne nous prosternons pas devant Dieu, nous nous prosternerons devant des idoles. L’Islam par exemple a bien compris cette nécessité de proposer cette prosternation et cette adoration.

Prendrons-nous aujourd’hui le temps d’adorer davantage notre Seigneur ?

C’est une décision à prendre pour notre Église et aussi une décision personnelle pour notre oraison quotidienne, car même dans notre maison nous pouvons adorer chaque jour notre Seigneur en esprit et en vérité.

Imitons les Rois Mages.

Thierry Fourchaud

Documents à télécharger