Vendredi 2 février 2018 — Dernier ajout mardi 6 février 2018

Père Benoît Legrand nous a quittés Enregistrer au format PDF

0 vote

Père Benoît nous a quittés le 8 janvier 2018. Ses obsèques ont été célébrées le vendredi 12 janvier en l’église Saint Michel de Saint Brieuc.

Voici les grands moments de sa vie, relatés par M. l’Abbé Maurice Sauvé, supérieur du Cèdre, Maison de retraite des prêtres de Saint Brieuc.

Benoît Legrand était né à Uzel, le 12 janvier 1927,

voici donc, aujourd’hui même, exactement 91 ans.

Mais la famille, pour des raisons professionnelles, déménagea très vite pourTréguier.

C’est de là qu’il partit pour entrer au grand Séminaire de Paris, à Saint Sulpice.

Et il fut ordonné prêtre, très jeune, dans la cathédrale de Tréguier le 2 juillet 1950.

Comme beaucoup de jeunes prêtres, à l’époque, il fut d’abord nommé à l’école St Charles, comme surveillant, puis brièvement, à St Nicolas du Pélem.

Mais dès la rentrée 1954 il devint professeur à l’institution des jeunes sourds à Saint-Brieuc, qui deviendra par la suite le Centre Jacques Cartier. Il devait y rester 33 ans.

C’est donc là qu’il allait donner toute la mesure de ses talents et de sa générosité.

J’ai rencontré quelques personnes qui ont collaboré avec lui à cette époque et toutes m’ont dit l’admiration qu’elles portent à l’éducateur et au prêtre qu’il fut alors.

J’ai souvent entendu aussi son grand ami le P. Jean Le Biannic exprimer la reconnaissance qu’il éprouvait à son égard pour l’avoir initié à ses méthodes.

On lui avait confié l’enseignement général des jeunes professionnels de 16 à 20 ans. Il avait le souci de se former pour acquérir toujours plus de compétence. Mais c’était une présence constante qu’il assurait auprès des élèves, logeant sur place, avec une disponibilité de tous les instants.

Avec Jean, il se passionnait particulièrement pour l’animation spirituelle des jeunes, faisant preuve d’une ingéniosité remarquable pour leur permettre d’accéder à la connaissance de l’Évangile.

Les familles briochines se souviennent de la crèche animée, où se déployait son habileté à mettre en scène tout un village, avec des mécanismes compliqués, et qui lui permettrait toute une catéchèse vivante sur Noël, et pas seulement pour les enfants.

Mais son zèle de pédagogue s’alimentait à une vie de prière sérieuse, de tendance un peu charismatique, avec une grande dévotion à Notre Dame Marie.

En 1987, à 60 ans, l’âge de la retraite professionnelle, il fut nommé curé de la paroisse de St Michel de St Brieuc. C’était une nouvelle phase de sa vie qui commençait, plus traditionnelle, mais avec le même goût de la relation chaleureuse et, par exemple, l’accompagnement des Équipes Notre Dame, dont certains foyers lui seront admirablement fidèles jusqu’au bout.

7 ans plus tard, en 1994, il reçut, non sans une certaine appréhension, une nouvelle nomination de curé pour la paroisse de Fréhel ; et resta au service de la grande paroisse St-Pierre Erquy-Fréhel avant de prendre sa retraite sur place en 2005.

Une mauvaise chute en 2009 l’amena à être hospitalisé puis à entrer à la maison de retraite du Cèdre.

Bien sûr, ces dernières années nous avions du mal, ici, à reconnaître le Benoît d’autrefois. Mais, malgré quelques accès de colère plutôt amusants, il était facile à vivre, souvent gai.

Nous garderons le souvenir de son visage étonnamment jeune et de son beau sourire d’enfant émerveillé.

Documents à télécharger