Dimanche 1er février 2015 — Dernier ajout lundi 14 mai 2018

Journée de la Vie Consacrée

0 vote

Lundi 2 février

Fête de la Présentation du Seigneur au Temple

Journée de la Vie Consacrée

Consacrer sa vie, être disponible

L’attitude de Syméon est celle de l’attente. Cela lui permet de reconnaître le salut dans le nourrisson qui vient à lui. Or, aujourd’hui, l’Église fête la Vie consacrée.

Loin de faire de ceux qui ont choisi cet état de vie « des superchrétiens », elle reconnaît en eux un don de Dieu.

Être consacré, c’est avant tout être disponible. Et la prière de Syméon (Luc 2, 22-40) est un chemin de disponibilité : il accueille Jésus dans ses bras, s’adresse au Père et reconnaît son salut. Son attente a creusé en lui la source des mots humbles de cette action de grâce.

N’ayons pas peur de prendre du temps pour creuser le désir du salut.

Dimanche 1er février Vêpres de la fête à 18h, en l’église de Saint-Alban, avec toutes les consacrées

Lundi 2 février 10h, Bénédiction des cierges Procession et Messe à l’église de Pléneuf

Les symboles dans le Logo

La colombe sur les eaux La colombe fait partie du symbolisme classique pour représenter l’œuvre de l’Esprit Saint, source de vie et de créativité. C’est le rappel des débuts de l’histoire : au commencement, l’Esprit de Dieu tournoyait sur les eaux (cf Gn 1, 2). La colombe, planant sur une mer pleine de vie inexprimée, rappelle la fécondité patiente et confiante, pendant que les signes qui l’entourent révèlent l’action créatrice et rénovatrice de l’Esprit. La colombe évoque également la consécration de l’humanité du Christ dans le baptême. Les eaux, formées de tesselles de mosaïque, indiquent la complexité et l’harmonie des éléments humains et cosmiques, que l’Esprit fait « gémir » selon les mystérieux desseins de Dieu (cf Rom 8, 26-27), afin que, même menacés par une mer d’hostilité – la colombe vole sur les eaux du déluge (Gn 8, 8-14) –, ils convergent en une rencontre accueillante et féconde conduisant à une nouvelle création. Les personnes consacrées dans le signe de l’Evangile – depuis toujours pèlerins entre les peuples sur les chemins de la mer – vivent leur diversité charismatique et diaconale comme « de bons intendants d’une multiple grâce de Dieu » (1 Pi 4, 10). Marqués jusqu’au martyre par la Croix du Christ, elles habitent l’histoire avec la sagesse de l’Evangile, portant l’Eglise à embrasser et à guérir tout l’humain dans le Christ.

Les trois étoiles Elles rappellent l’identité de la vie consacrée dans le monde : comme confessio Trinitatis, signum fraternitatis et servitium caritatis. Elles expriment le mouvement circulaire et relationnel de l’amour trinitaire, que la vie consacrée cherche à vivre quotidiennement dans le monde dans le signe de la fraternité. Les étoiles rappellent aussi le triple sceau d’or par lequel l’iconographie byzantine honore Marie, la toute Sainte, Mère de Dieu, première Disciple du Christ, modèle et patronne de toute vie consacrée.

Le globe polyédrique Le petit globe polyédrique représente le monde, avec sa variété de peuples et de cultures, comme l’affirme le Pape François (cf EV 236). Le souffle de l’Esprit le soutient et le conduit vers l’avenir. Il invite les consacrés et consacrées « à devenir témoins de l’Esprit (pneumatophóroi), hommes et femmes authentiquement spirituels, capables de féconder secrètement l’histoire » (VC 6).

Web : http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/ccscrlife/anno-vita-consacrata/logo_anno-vita-consacrata_fr.htm