Samedi 3 janvier 2015 — Dernier ajout lundi 5 janvier 2015

Des mages venus d’Orient Enregistrer au format PDF

0 vote

Des étrangers se mettent en route pour se prosterner devant le « roi des Juifs qui vient de naître », mais l’étoile les abandonne à Jérusalem et ils doivent repartir par un autre chemin… Que veut donc dire l’évangéliste ?

Le temps de la préparation

Esprit Saint, fais que notre attention se porte sur le témoignage de foi que l’évangéliste entend transmettre dans son récit merveilleux des mages.

Le temps de l’observation

Deux rois entrent en scène. Hérode règne à Jérusalem. L’enfant de Marie est un roi nouveau-né sans puissance. Les mages veulent se prosterner devant le second. Hérode, grâce aux Écritures, connaît le lieu de naissance du nouveau roi. Il est « bouleversé- » et tout Jérusalem avec lui, par l’annonce des mages. Mais il ne bouge pas. Les étrangers que sont les mages n’ont pas les Écritures, mais il leur est donné le signe de l’étoile qui disparaît étrangement à leur arrivée à Jérusalem. Elle les conduit enfin jusqu’à l’enfant roi . Ces étrangers ont besoin de Jérusalem et des Écritures pour aller jusqu’à l’enfant. Ensuite, ils n’ont plus à repasser par Jérusalem. Ils peuvent prendre « un autre chemin. »

Le temps de la méditation

Ce n’est pas un joli conte que raconte Matthieu. Écrit après Pâques, son récit rayonne de la foi chrétienne. L’enfant de Marie est le « Christ » : les Écritures sont le chemin privilégié pour aller à lui. Avec Pâques, les tout premiers chrétiens, qui sont des Juifs, découvrent que le Seigneur Jésus est pour tous, pour les Juifs comme pour les étrangers. Jérusalem est indispensable puisqu’elle permet de le rencontrer grâce aux Écritures. Mais lorsqu’elle a rempli son rôle, les étrangers peuvent s’en aller chez eux « par un autre chemin » : ils n’ont plus à passer par la case « Jérusalem ». Ils sont autonomes. L’ouverture des communautés chrétiennes aux étrangers a été difficile. Elle est réglée, au moment où Matthieu écrit son évangile. .

On rejoint la fin de l’évangile de Matthieu : « De toutes les nations faites des disciples ». (Mt 28, 19). Maintenant, c’est aux disciples de prendre le relais de l’étoile et de conduire au Christ ceux qui le cherchent.

Le temps de la prière

Dieu notre Père, que ton Esprit fasse de nous les témoins de ton Fils. Donne-nous de comprendre que l’Église n’existe pas pour elle-même, mais pour témoigner du bonheur que tu nous offres en Jésus, avec lui et par lui .

Père Marc Sevin , bibliste