Samedi 2 mai 2015 — Dernier ajout mardi 2 juin 2015

Commentaire de l’Evangile Enregistrer au format PDF

0 vote

Mercredi 22 août 2018, le mercredi de la 20e semaine du temps ordinaire

Chacun à son heure

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église
Homélies sur l'évangile de Matthieu, n°64, 3

« Allez, vous aussi, à ma vigne. » Frères, vous vous demandez peut-être pourquoi on ne fait pas venir tous ces ouvriers en même temps dans la vigne du Seigneur ? Je vous répondrai que le dessein de Dieu a été de les appeler tous en même temps. Mais ils ne veulent pas venir dès qu'ils sont appelés à la première heure et cela tient à leur refus. C'est pourquoi Dieu lui-même vient les appeler en particulier…, à l'heure où il pensait qu'ils se rendraient et qu'ils répondraient à son invitation. C'est ce que remarque clairement l'apôtre Paul à son propre sujet : « Quand il a plu à celui qui m'a mis à part dès le sein maternel, il m'a appelé » (Ga 1,15). Quand est-ce que cela a plu à Dieu, sinon quand il a vu que Paul se rendrait à son appel ? Bien sûr, Dieu aurait voulu l'appeler dès le commencement de sa vie, mais parce que Paul ne se serait pas rendu à sa voix, Dieu a décidé de ne l'appeler que lorsqu'il a vu qu'il lui répondrait. C'est ainsi que Dieu n'a appelé le bon larron qu'à la dernière heure (Lc 23,43), bien qu'il aurait pu le faire plus tôt, s'il avait prévu que cet homme se serait rendu à son appel… Donc si les ouvriers de la parabole disent que personne ne les a embauchés, il faut se souvenir de la patience de Dieu… Lui, il montre bien qu'il a fait tout ce qu'il a pu de son côté afin que tous puissent venir dès la première heure du jour. Ainsi la parabole de Jésus nous fait voir que les hommes se donnent à Dieu à des âges très différents. Et Dieu veut à tout prix empêcher les premiers appelés de mépriser les derniers.